Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Musique et Liturgie

Musique modale I - 1: Musique modale, musique tonale ?

3 Avril 2009 , Rédigé par sr Do et sr Cl Publié dans #Musique modale

MUSIQUE MODALE ET MUSIQUE TONALE 

Oui, il y a la musique "modale"  et musique "tonale" !
 Modale vient de "mode"   et ... tonale de "ton"  !

Pour faire simple :  mais en étudiant ce parcours vous verrez que ce n'est pas tout à fait juste,

La musique modale est - en gros - ce que l'on appelle, "la musique ancienne" 

et la musique tonale est  "la musique moderne" qui commence à ... JS Bach  et qui va jusqu'à aujourd'hui, y compris Jazz, Roc, etc.
Mozart n'est pas à de la "musique ancienne" mais de la "musique moderne"
 
Musique modale et musique tonale, quelle est la différence ?
En fait l'une et l'autre ont des "Modes" et des "Tons" !
Mais l'une a beaucoup de "Modes"  tandis que l'autre n'en n'a que 2 mais joue beaucoup sur les "tons".

 On va expliquer tout cela !

MUSIQUE MODALE

"MODALE"... vient de "MODE", mot ... masculin !

Cette musique comporte (en Occident) en effet 7 (ou 8 modes).

L'on verra plus loin en détail ce qu'est un MODE, disons tout de même brièvement dès maintenant qu'un Mode est une manière particulière et propre d'agencer les notes d'une "gamme"  et offre par là, s'il y en a plusieurs, une très grande richesse d'expression.

Pourquoi "7 ou 8" modes ?
N'est-ce donc pas établi de façon certaine ? NON !

Il faut bien reconnaître que la situation est encore assez... confuse à ce sujet. Du moins si l'on se penche sur l'étude des origines et de l'évolution de la musique modale  ancienne occidentale.


 Si l'on essaie seulement de connaître les Modes utilisés AUJOURD'HUI dans la LITURGIE  de l'Eglise catholique (plus particulièrement dans le répertoire monastique), en France, nous pouvons cataloguer de façon assez claire 7 MODES :

- le Mode d'Ut   :         

 

- le Mode de Ré  

- le Mode de Mi

- le Mode de Fa

 

- le Mode de Sol

- le Mode de La

- Le Mode de Si    

 

(Note : Outre le fait qu'à l'écoute de ces modes, vous percevez, bien sûr, qu'ils sont de plus en plus aigus, entendez-vous que leur "mélodie",  est différente ? Bien que ce soit toujours une succession de 8 notes conjointes ascendantes puis descendantes il reste que cela donne 8 "mélodies" différentes, qui engendreront, chacune, un climat spécifique lorsqu'on composera une musique avec  telle ou telle de ces gammes. Nous y reviendrons puisque finalement c'est le sujet de toute cette étude !)

Revenons à nos moutons !

  Si par contre, nous voulions traiter de la musique modale telle qu'elle était au Moyen-Âge... comme tout ce que nous en savons n'est pas toujours bien clair ni très certain... il y a autant d'hypothèses que de certitudes.

Et si nous voulions traiter de la musique modale aujourd'hui, mais en dehors de la liturgie, alors il faudrait sans doute dire qu'il y a maintenant une multitude de modes et qu'il est bien difficile je pense de les énumérer et connaître tous car finalement, la créativité, en ce domaine comme dans d'autres, n'a pas de limites.

Revenons donc, encore, à nos moutons !

Donc, même pour la musique modale que nous voulons étudier ici,  il y a bien des incertitudes sur ses origines.

Cependant, bien sûr, il y a une base reconnue par tous.
C'est à partir d'elle que l'on a pu, depuis un peu plus d'un siècle, retrouver l'usage et le goût de cette musique modale.
Plus récemment encore (50 ans environ) c'est le Père Joseph Gelineau (S.J.) qui a "constitué" (quel mot choisir ??? c'est difficile !) cet ensemble de 7 modes, à la fois appuyé sur le patrimoine ancien de la musique modale, en occident et en orient (qu'il a étudié à fond) et ouvert à une utilisation moderne pour la Liturgie.

Liturgie en effet qui commençait à se dire en langue française et réclamait donc des musiques autres que le Grégorien.

Le "fondement" de cette "reconstruction" se trouve bien dans le chant Grégorien qui n'avait pas tout à fait disparu, mais a dû être "reconstitué" car le Grégorien lui-même ne dit pas tout sur la structure et les règles qui régissent les modes qu'il utilise..

En plus il avait été si "accommodé" au goût de certaines époques qui nous ont précédées, si dénaturé il faut bien le dire, qu'il a fallu beaucoup de travail et de courage pour revenir aux sources.


Ici, nous rendons hommage au véritable "travail de bénédictins" qu'à entrepris l' Abbaye de Solesme (ce sont des Bénédictins ! C'est logique !) pour "retrouver" auta nt qu'il était possible ce qu'était le Grégorien antique. Cela n'a pas été sans mal, et a ujourd'h ui, de no uvelles écoles viennent approfondir, corriger  et découvrir encore des pans entiers de ce monde là.
Cette "base" de la musique modale se trouve aussi dans les pièces profanes les plus anciennes. Aussi bien les chants populaires en tout genre, les danses régionales ou les débuts de la musique instrumentale.

Mais cela n'est pas le sujet de notre étude présente qui veut rester modeste et...surtout ... prudente !

Ici, nous allons parler de la Musique dite Modale telle qu'elle est utilisée aujourd'hui dans la Liturgie française.

Celle qu'a "lancé" donc le Père J. Gelineau suivi ensuite, de nombreux musiciens et liturgistes même si tout cela ne s'est pas passé comme un long fleuve tranquille.
Il n'est jamais simple de lancer du nouveau même si cette "nouveauté" est fondée sur de l'ancien et encore moins facile de bousculer un peu ce qui touche à la sensibilité, à l'art, aux goûts...

La musique est un langage et comme il y a de nombreuses langues il y a de nombreuses musiques (si l'on pense à tous les systèmes musicaux qui existent de par le monde...).

Notre musique dite modale, comme les autres, est un langage qui peut être utilisé pour exprimer tout ce que l'on veut ! Elle n'est pas la propriété de l'Eglise !

Pas plus aujourd'hui que dans le passé.

Si dans le passé, elle a donné ce genre musical magnifique que l'on appelle le "Grégorien", elle a aussi donné, aux mêmes périodes, et sur les mêmes terres, les chants et danses anciennes de nos divers terroirs (au moins pour les pièces vraiment anciennes).

Il semble, n'est ce pas, qu'il n'y a rien de commun entre une pièce Grégorienne et le chant "Réveillez-vous picards !".
Erreur ! Le fondement est commun : la musique modale !
Cela montre bien qu'avec un seul langage, l'on peut tout dire, surtout quand il est riche comme celui-ci !

   Danse  "A que as cousas"
 
  Pièce de viole d'Abel.
 

  Salve Regina grégorien, par les religieux Prémontrés du Monastère de  Mondaye (1994)
 

MUSIQUE TONALE

"Tonale" vient de "ton".
Dans cette musique "tonale" en effet, l'on utilise beaucoup les tons. Tout ceci va s'éclaircir très vite, n'ayez pas peur !
Disons pour vous rassurer que : ton = transposition = monter ou baisser une pièce ou un mode.
Finalement, malgré le vocabulaire habituellement employé, il n'y a, fondamentalement, que deux modes dans la musique tonale :

- Le Mode Majeur

- Le Mode Mineur

Cela ne fait que deux Modes en tout et pour tout.
Et si l'on parle sans sourciller de "Mode Ré Majeur", du "Mode La Majeur" et du "Mode Fa Majeur"... il reste que tout ceci n'est qu'un seul et même Mode simplement transposé (c'est-à-dire, seulement baissé ou monté par rapport au mode original ou... originel !). 

Un "Ré Majeur" n'est que le MODE d'Ut transposé sur le Ré, c'est à dire monté d'un ton ! Au lieu de commencer au Do (= Ut) il commence au Ré !
Comme si vous chantiez "Au clair de la lune" (restons en à la musique ancienne !) tantôt en partant du Do tantôt en partant du Ré ! Cela ne va pas changer "l'air" de la chanson !
De la même manière cela ne fait pas changer de mode !
Le "La Majeur" est encore le mode d'Ut mais pris sur le La cette fois-ci.
et le  "Fa Majeur"  encore le mode d'Ut pris sur le Fa !
Un seul et même Mode donc.

En musique tonale tous les "modes appelés "majeurs" sont en fait un seul et même mode.
Ce sont en réalité des "tons" de transpositions du seul et même MODE d'Ut qui offrent ces différences.
C'est donc improprement que l'on parle de "Mode Ré Majeur" et "Mode Mi Majeur" comme si ç'étaient 2 Modes différents !

Il faudrait dire... "Mode Majeur pris sur Ré ou sur Mi  ...ou bien "Mode majeur en ton de Ré "pour Ré majeur et "Mode majeur en ton de Fa" pour fa majeur par exemple ! Bon, c'est sûr, c'est plus simple de dire seulement "Ré majeur" ou "Fa majeur" !
Mais ne nous laissons pas piéger par le vocabulaire ! Ce ne sont pas des modes différents mais des tons différents d'un même mode !

Pour dire encore la même chose autrement :
Un Mi Majeur par exemple n'est rien d'autre qu'un Ré Majeur monté d'un ton !
Et ce Ré Majeur n'est que le Mode d'Ut (Do) Majeur monté aussi d'un ton.
La gamme de DO (ou Ut) étant la base, c'est à dire l'état non transposé du mode majeur, le mode d'origine.
Même chose pour le mineur.
La gamme de La étant ici la base du mineur, le mode d'origine.

Mais c'est un peu plus complexe pour le mineur, cependant le  mode est fondé de la même manière.

Bien sûr, l'on ne compose pas forcément la même mélodie en Ut Majeur ou en Sol Majeur !
C'est le même mode d'Ut, oui, mais l'un est bien plus aigu que l'autre ! La mélodie risquerait être trop aigue ou trop grave pour les voix, ou pour tel instrument ou même pour la couleur musicale que l'on recherche.

Il y aura donc, bien sûr, beaucoup de possibilités, de couleurs musicales, heureusement !
Mais ce sont des variations fondées sur deux modes seulement.

Le compositeur choisit donc d'abord, le mode majeur ou mineur et ensuite  il doit choisir de l'utiliser transposé ou pas, et s'il veut une transposition, il doit décider laquelle... mais de toutes façons, en musique tonale il n'a le choix qu'entre 2 alternatives : soit le Majeur soit le Mineur.

(Enfin, rien ne lui interdit ensuite de mélanger les 2 dans sa pièce musicale mais cela est  autre chose ! Et il peut aussi inventer des modes extraordinaires mais alors on n'est plus dans la musique tonale "habituelle")

Il n'est pas difficile d'imaginer quelle richesse l'on gagne à avoir soudain non plus 2 Modes mais 7 Modes ! (7 modes = musique modale)


C'est une palette de peinture qui passe de 2 à 7 couleurs !

Je n'ai tout de même pas osé dire du "noir et blanc" à "la couleur", je veux ménager les pro de la musique tonale !!
Mais enfin... je l'ai un peu pensé ! Il ne faut pas leur dire !
En musique Tonale, la "hauteur" du morceau, de la composition, a donc beaucoup d'importance. On ne joue pas un ton plus bas la "Toccata en Ré mineur" !
Car ce ne serait plus la "Toccata en Ré mineur" mais en "Ut mineur" !  JS Bach se retournerait dans sa tombe ! On ne transpose pas une oeuvre classée !

Encore que les différences de diapason entre certains instruments d'hier et d'aujourd'hui, ne nous demandent pas la permission de faire eux-mêmes des transpositions...  Là, il faut faire avec !

Ce dernier détail d'ailleurs, montre par lui-même que cette importance quasi sacrée donnée à la "hauteur" précise d'un morceau ne correspond à rien de fondamental.

(Bien sûr, nous parlons ici de "petites" transpositions !)
Mais ne cherchons querelle à personne car il faut bien reconnaître que cette musique Tonale, avec ses limites de base, (2 seuls modes) a su développer sur d'autres plans, une richesse extraordinaire qui fait les délices même de ceux qui aiment la musique modale ! 

Sur un certain plan, la musique modale n'a pas cette richesse, du moins si l'on veut rester "strictement modal" mais elle en a d'autres !

Chacune de ces 2 "musiques" a donc son monde et ses richesses.


C'est vrai, qu'après tout, l'on peut toujours innover, chercher, sortir des sentiers battus, même en musique modale ! D'ailleurs personne ne s'en prive et c'est juste. C'est ce qui donne à la musique d'être si diverse et si riche.
En musique Modale donc, la "hauteur" du morceau a une importance beaucoup plus relative.
L'on peut baisser ou monter un pièce d'un ton par exemple si l'exécution par tel choeur ou tels instruments le demande; cela ne fait pas problème.
Car ayant une palette de 7 modes à sa disposition, ce sont surtout es "modes" qui  font les différences et créent des climats particuliers, et les différences  de "ton", viennent après ou s'y ajoutent.

La musique peut être exécutée un peu plus haut, un peu plus bas... ce n'est pas une catastrophe !
Le mode n'est pas changé par sa transposition, nous l'avons dit.
Bien sûr, là aussi, l'on ne composera pas de la même façon une mélodie si elle utilise un Mode par exemple non transposé ou au contraire avec une importante transposition.
Cette possibilité de variété, existe aussi dans la musique Modale.

Mais faire une légère transposition pour une exécution plus réussie ne choque personne alors que c'est inconcevable en musique Tonale, du moins pour la "Musique dite Classique", pour les autres formes de la musique Tonale... je ne sais quelles sont les habitudes !

La musique Tonale est la musique que nous connaissons et rencontrons partout en nos pays occidentaux. Aussi bien la musique dite "Classique" que la musique moderne en tout genre comme nous l'avons dit au début de cette page.
Sauf bien évidemment, la musique issue des recherches contemporaines qui essaient - justement - de se "libérer" de ces 2 modes (ressentis comme des contraintes, des limites trop étroites) et d'en créer d'autres ou même, qui cherchent à se passer totalement de tout Mode (musique dite alors... toujours improprement "a-tonale" alors qu'il serait plus juste de la dire "a-modale" puisque c'est bien de Mode qu'elle veut se passer !)

Mais dans ce dernier cas... cela paraît quelque part un peu illusoire, car enfin... le fait de créer un morceau de musique crée par le fait même  un mode en ce sens que certaines notes ont été utilisées et d'autres exclues  ou bien au contraire e fait de vouloir que toutes apparaissent  dans sa musique !
Même si ce mode ne vient à l'existence que pour et par ce morceau unique, il y a forcément dans cette musique, si désorganisée que l'on puisse la rêver (!), un minimum de charpente, ou un propos à l'origine de l'écriture qui revient à la création d'un mode ! Comme ces recherches ne sont vraiment pas ce qui nous occupe ici, nous n'en diront rien de plus.

Il y a aussi les tenants de la musique "atonale" pure et dure c'est à dire que toutes les notes sont utilisables, et surtout sans aucune hiérarchie entre elles, sans dominante ni même de tonique... toutes se valent... mais je ne puis en dire plus car je ne connais pas cet art.

Sauf encore, bien sûr, la musique d'origine "exotique", venant d'autres cultures, d'autres civilisations ou influencée par ces cultures. Là aussi, il y a beaucoup de "modes", des plus divers et une richesse extraordinaire.

Ce sont forcément aussi des musiques modales, mais pas la musique modale occidentale dont on va parler sur ces pages.

La "Musique Tonale" se rencontre aussi dans la Liturgie chrétienne, bien sûr.
L'immense majorité des chants édités pour le répertoire paroissial (de l'Eglise Catholique, car pour les autres Eglises chrétiennes je ne connais pas les choix musicaux actuels des liturgistes) relève de la "Musique Tonale".
La "Musique Modale" par contre, se rencontre plus fréquemment dans le répertoire monastique. Sans parler bien sûr du Grégorien qui en est la source.

Note annexe : Il est à remarquer que quels que soient les Modes, antiques ou modernes, européens ou "exotiques", c'est-à-dire la façon d'établir des intervalles et de les répartir au sein d'une échelle musicale (on verra cela un peu plus loin), cette échelle est toujours une octave.

Une octave est l'intervalle entre un son donné et son redoublement, c'est-à-dire entre une certaine fréquence de vibrations sonores et le redoublement exact de cette fréquence.
Ceci est une règle universelle qui ne doit rien à la culture mais tout à la physique. (voir plus loin à propos de l'octave)

 

 

SUITE ICI

 

 

 

Commenter cet article

Cédrine 20/05/2013


Pensez-vous que l'on pourrait considérer le mode mineur comme un seul et même mode? Parce les gammes mineures harmoniques et les gammes mineures mélodiques ne sont pas faites de la "même
manière". Il y a toujours la tierce mineure et la sensible, mais pour toutes les gammes mélodiques il y a la sixte qui est montée d'un demi-ton.


Donc, est-ce qu'on pourrait dire qu'il y a 3 modes pour la musique tonale?


 


Merci de votre réponse et merci pour ce bolg, c'est vraiment super!